Vlan dans ta face

Toutes les étapes, de la première inquiétude au diagnostic confirmé éventuel.

Modérateur : Nicole M-F

Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 6002
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01
Localisation : Val-de-Marne

Re: Vlan dans ta face

Message par Nicole M-F » ven. 18 janv. 2019 13:24

Caross? À ton écoute bien sûr ;)
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Carosss
Messages : 55
Enregistré le : ven. 28 déc. 2018 17:19
Localisation : 62

Re: Vlan dans ta face

Message par Carosss » ven. 18 janv. 2019 15:03

Je tiens tant que je ne vois ni ne pense à ma fille. Elle est folle de joie à l’idée de partir a ski demain. Pourvu que je ne craque pas lors de son départ !
J’ai pleuré sur tout le monde aujourd’hui. Elle l’a vu, elle me guette.
Tepsca, le 26
Onco-psy la veille.
Le seul message qui m’ait donné un peu d’espoir concret est celui de Nicole sur la nature de mon cancer. J’ai beaucoup de soutien, mais si peu d’espoir. Ce n’est pas pareil...

Avatar du membre
Mamita
Messages : 105
Enregistré le : mer. 19 août 2015 22:51
Localisation : Normandie.

Re: Vlan dans ta face

Message par Mamita » ven. 18 janv. 2019 15:26

L'espoir, c'est ça qui nous fait vivre, qui nous fait tenir bon. Je crois que l'on a toutes eu ces crises de larmes que l'on essaie de cacher, de retenir, on appréhende vite ces incertitudes et on se redresse pour vaincre cette saloperie avec l'aide des uns et des autres, et des soignants qui n'ont qu'un but faire taire ces statistiques et sauver de plus en plus de monde, ce combat pour toi et ta fille va te donner la force de tenir.
Je t'embrasse.

Avatar du membre
bulle
Messages : 184
Enregistré le : dim. 9 août 2009 19:40
Localisation : Ariège

Re: Vlan dans ta face

Message par bulle » ven. 18 janv. 2019 16:00

Caro,
tu as le droit de pleurer et de ne pas te cacher, mais je comprends que tu veuilles faire la forte devant ta petite, je fais pareil avec les miens qui sont adultes. Elle va rentrer de son séjour de ski avec tant de choses à raconter!
Ne baisse pas les bras, aucun médecin n'a le droit de te laisser entendre que c'est fichu.
Pense à ce que dit Marijane à propos de Lance Amstrong, quasiment condamné par les savants medecins dès le diagnostic. et il est là vivant, (dopé mais vivant)
redeviens une furie, ça nous ferait plaisir.

Bises

Sophie
Messages : 288
Enregistré le : sam. 27 oct. 2018 16:50

Re: Vlan dans ta face

Message par Sophie » ven. 18 janv. 2019 17:30

COMPLEXE ET POSSIBLE Caroline
A chaque fois que tes émotions vont te submerger, attache toi a ces mots, répète les, ecris les,rends les concrets dans ton esprit.
Regarde ta fille partir avec sûrement de l émotion mais ce sera positif parce que tu vas la retrouver bientôt .
explique lui que tu peux être émue sans etre triste, que tu ne pleures pas de chagrin pour qu elle même comprenne tes larmes di tu en as.
Accroche toi Miss Caroline, ça va tanguer mais on va être là pour ne pas que ça chavire ;)

Avatar du membre
Michele
Messages : 199
Enregistré le : dim. 21 oct. 2007 14:09
Localisation : idf

Re: Vlan dans ta face

Message par Michele » ven. 18 janv. 2019 18:09

Bonjour Caro,

Profite du départ de ta fille pour te lâcher, pleure tant que tu peux. Maintenant qu'on sait par Nicole que tu te détoxifies, ne t'en prive pas!
Tu sais qu'elle est heureuse au ski, maintenant pense à toi et fais-toi plaisir, tu seras mieux à son retour.
Je t'embrasse affectueusement, courage

Michèle

Avatar du membre
Nicole M-F
Modérateur
Messages : 6002
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2007 20:01
Localisation : Val-de-Marne

Re: Vlan dans ta face

Message par Nicole M-F » ven. 18 janv. 2019 19:03

Caross....
Lorsque j'ai été diagnostiquée (multifocal de grande taille, ganglions positifs etc) j'ai sincèrement pensé, en prenant dans mes bras, dans une clinique bruxelloise, mon troisième petit enfant Timo, qu'il n'aurait comme souvenir de moi - qui n'avais pas encore annoncé à aucun de mes quatre enfants ni ce cancer du sein, ni les traitements qui allaient suivre, pour ne pas gâcher la fête de cette naissance - que cette photo où je le serrais contre moi lui montrerait, plus tard quand je ne serai plus là, combien sa venue m'avait réjouie.
Le bébé est devenu un jeune homme, qui dans un an aimerait entamer des études de droit, pour devenir avocat;)
Après lui sont nés quatre autres petits enfants....

Le désir furieux de vivre et de voir sourire nos enfants, la détermination de croire aux traitements et d'y adhérer, la confiance en sa propre combativité - et tu en as, c'est évident 😉 - sont autant d'éléments qui jouent en notre faveur. Regarde les exemples que tu as sur le Phare🙂

Viens puiser dans la lumière du Phare, de quoi éclairer les moments de doute ou de chagrin.
Je t'embrasse fort.
Nicole M-F

"Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l'entraide et la solidarité visant à un but commun : l'épanouissement de chacun dans le respect des différences.(Fr. Dolto)"

Avatar du membre
Maweline
Messages : 59
Enregistré le : ven. 23 nov. 2018 23:31
Localisation : 66250

Re: Vlan dans ta face

Message par Maweline » ven. 18 janv. 2019 21:08

Bonsoir Caroline
Ton désespoir suite à cette annonce est bien compréhensible, l annonce des résultats est un gros coup de massue et il faut un peu de temps pour passer en mode « guerrière »... ta puce part au ski, ça te permettra de pleurer autant que tu veux, de digérer cette annonce, d aller chercher les informations dont tu as besoin pour comprendre mieux ta pathologie... quand elle rentrera tu seras prête à te battre, à affronter et à vaincre ton intru parce que c’est possible Caroline, les exemples sont nombreux sur le phare et parce que tu te trouveras des facultés à combattre que tu n images même pas, nos gardiennes en témoignent 😊
Affectueusement, Marie

Carosss
Messages : 55
Enregistré le : ven. 28 déc. 2018 17:19
Localisation : 62

Re: Vlan dans ta face

Message par Carosss » ven. 18 janv. 2019 21:21

Oh la la ! Je déteste les coups de mou, moi, ce n’est vraiment vraiment pas dans ma nature !
J’ai pleuré comme un gros bébé dans les bras de QUATRE personnes différentes aujourd’hui, c’est la PREMIERE fois de ma vie que ça m’arrive, pas quatre d’un coup, mais de pleurer dans les bras de quelqu’un ! (Je précise que ce sont les autres qui m’ont câlinée, je ne me suis pas jetée sur eux, hein !)

C’est toujours le 2ème jour le contre-coup chez moi : le jour-même, je gère tant bien que mal le choc, stoïque, le lendemain, je passe en mode guerrière et le surlendemain, paf ! Je paye cash.

Merci pour vos messages.

Cette cochonnerie aura au moins eu le mérite de faire venir mon père qui nous avait toutes plaquées pendant le cancer de ma soeur et que je n’avais pas vu depuis plus d’un an tellement je lui en voulais encore.
Il est là aujourd’hui, et comme je lui avais écrit sans fioritures, ce sera peut-être l’opportunité pour lui de se refaire une vraie place parmi ses descendants et ô miracle, - et oui, j’ose écrire ça après une intro sur ma propre incapacité à me lâcher, pas honte la fille - il a pleuré face à mon coup de calcaire avant de me secouer les puces.

Ce sont les « Tu vas te battre ! Tu es forte ! » qui me minent. Oui, je suis forte, oui je vais me battre, évidemment, mais ça ne dépend pas que de moi ! Ça me fiche quand même une sacrée responsabilité cette formule. Si parmi les cochonneries de ce genre, la mienne est la rareté XXL, je crains devoir me battre comme une folle pour ne gagner que des miettes, tandis que tous les miens souffriront comme des bêtes à me voir dépérir. Et si ça ne marche pas, je ne me serai pas battue assez ?

Je déplore vraiment qu’il n’y ait pas eu un oncologue pour l’annonce qui puisse me tenir les propos de Nicole en face, avec des vraies perspectives d’action, des protocoles A, puis B, puis C et autant d’espoirs concrets auxquels m’accrocher. Ça va sans doute venir, mais j’en avais besoin dès mercredi, parce que les « tu vas te battre » auraient plus de sens, « tu vas te battre AVEC les traitements des médecins qui vont tout faire etc ». Là, j’ai l’impression qu’à cause de la maladresse de la chirurgienne, tout le combat repose sur ma seule volonté.

Comme je l’écrivais plus tôt, je vois une onco-psychiatre le 23 et je compte sur elle pour m’aider à gérer mes émotions devant ma fille et le tepscan du lendemain dont j’espère ne pas devoir attendre les résultats des lustres.

Demain, on se fait une virée père-fille à la mer, une fois que j’aurai mis ma crevette dans le bus pour Morzine où elle va s’éclater pour deux ! Ma soeur se charge de ma mère ce week-end, et on se fait un collectif mère-filles à Oscar Lambret mercredi-jeudi, avec retour du père le week-end prochain. Bigre.

Quand quoi que ce soit ne va pas, je réfléchis, puis j’agis. Ces attentes inhérentes aux protocoles, aux rendez-vous difficiles à obtenir, cette dépendance à autrui sont vraiment vraiment une torture qui font espérer le « soulagement » que représentent opérations et traitements. C’est fait exprès, vous croyez ?

Bonne nuit à toutes, et merci pour votre soutien, qui, comme je l’ai lu maintes fois sur les pages du forum, n’est pas de la gnognotte. (Bon, c’était sans doute mieux formulé, mais reconnaissez que le mot « gnognotte » est délicieux, on dirait une chatouille verbale)

Avatar du membre
Marjijane
Messages : 5459
Enregistré le : jeu. 12 févr. 2009 21:59
Localisation : Nancy en Lorraine

Re: Vlan dans ta face

Message par Marjijane » sam. 19 janv. 2019 00:04

Salut Caross,
Non, je ne pense pas que les attentes soient exprès et nos médecins n'imaginent sans doute pas à quel point c'est éprouvant, même si parfois, je dis bien parfois seulement, un peu de temps entre 2 trucs peut être positif, en nous permettant d'encaisser, nous reprendre et nous (re)mettre en position de combat.

Laisse glisser sur toi, les formules de l'entourage qui croit ainsi t'aider, t'encourager. Ils ne savent pas quoi dire.
A ce propos, je dois reconnaître qu'il m'arrive d'être très ambivalente. Je m'explique : Quand quelqu'un me fait des compliments sur ma nouvelle coupe de cheveux (perruque) et trouve que j'ai drôlement bien fait de me faire faire des mèches ou que j'ai une mine superbe (cortisone) parfois je ris sous cape et ne dis rien, contente qu'on ne puisse pas soupçonner ce que je vis. Mais à d'autres moments, ça m'énerve et je ne peux pas m'empêcher de lui envoyer le gros paquet, le laissant sans voix. Bon, en général, après je m'explique un peu et tempère les choses. Pareil pour quand on veut m'aider. J'ai tendance à dire, sans fioritures, que je peux encore me débrouiller, coupant court à la bonne volonté de mon interlocuteur. Mais, si on me traite "normalement" il m'arrive de penser : " ils ne se rendent pas compte que je suis très fatiguée, ils pourraient un peu m'aider"...

Carross, le sentiment de "mort imminente" de n'avoir plus de temps devant moi, je l'ai connu plusieurs fois, et dernièrement encore. Et puis on met en place un autre traitement, l'espoir renaît et la vie continue...jusqu'à la prochaine fois. Les oncologues sont forts quand même. Ils trouvent encore et encore des solutions. S'ils tardent à t'en dire plus, c'est, probablement, qu'ils se concertent et recherchent comment te donner les meilleures chances. Il leur faut pouvoir cibler précisément l'angle d'attaque. Ça va venir et, en effet, tu commenceras à te sentir soulagée (au moins un peu) quand le combat commencera effectivement.

Oups ! On est déjà demain ! À bientôt.
Je t'embrasse.
Marjijane
« Chaque jour est un cadeau, c’est pourquoi on l’appelle « Présent »

cefalue
Messages : 360
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 13:25

Re: Vlan dans ta face

Message par cefalue » sam. 19 janv. 2019 00:16

Caross, voici mes petits 🌞🌞🌞🌞, ils vont t'accompagner.

Cat67
Messages : 238
Enregistré le : dim. 16 déc. 2018 09:59

Re: Vlan dans ta face

Message par Cat67 » sam. 19 janv. 2019 10:20

Bonjour Caro,

Je me retrouve totalement dans ce que tu dis et dans la réponse de Maryjane sur l’ambiguïté de nos ressentis.

J'ai beaucoup de mal avec les "tu vas te battre" et "tu es forte", en fait je n'aime pas le vocabulaire guerrier et effectivement je n'ai pas de bistouri ni de remède contre cette salo**rie. Je n'ai pas l'âme d'une guerrière, je suis plutôt bisounours alors j'ai trouvé un terme qui me convient mieux je dis que je résiste.

J'ai rapidement pris conscience que me battre je ne savais pas ce que cela voulait dire, ni que je ne savais pas de quelles armes je disposais, j'ai lutté contre la fatigue, les nausées, j'ai pleuré, culpabilisé, essayé de mettre des mots sur les maux... et puis j'ai accepté, non pas d'avoir un cancer (sûrement pas celui là je dois le virer !), mais d'être fatiguée par les traitements, affaiblie par les nuits trop courtes, assaillie par le doute... et puis j'ai trouvé ma petite voix celle qui me dis, c'est bon tu te fais soigner par une équipe de choc, ils savent ce qu'ils font, tu as le droit d'être faible/forte, heureuse/malheureuse, fatiguée/en forme, de trouver ça injuste, de te donner le droit d'espérer !

Je résiste grâce à la chimio à cette salo**rie qui a pris corps dans mon sein, je résiste physiquement aux effets secondaires de cette même chimio en acceptant mes faiblesses, ma fatigue, je résiste aux petites voix négatives en faisant de de la sophrologie, de la méditation....

Chacune réagis comme elle peut, j'ai toujours eu l'image d'une femme forte et courageuse alors que je connais mes faiblesses, mes doutes et mon manque de confiance en moi, toute l’ambiguïté est là.

J'espère ne pas avoir été trop longue et que ces mots te seront d'un certain réconfort, je pense bien à toi.

Carosss
Messages : 55
Enregistré le : ven. 28 déc. 2018 17:19
Localisation : 62

Re: Vlan dans ta face

Message par Carosss » sam. 19 janv. 2019 10:26

Bonjour,

Merci encore pour vos messages. Toutes. Va falloir que je trouve le moyen de varier la formule que je risque d’employer souvent. Par bonheur, les mots, c’est mon boulot ! Je vais donc y travailler.

j’ai géré la livraison du petit paquet au bus en mode furie, toutes blagues dehors ! 7hoo du mat’, moins deux degrés, je ne pouvais pas risquer de braire un coup, ça aurait gelé sur mon nez. Mauvais effet, même si j’aurais pu rebondir sur une explication très pédagogique au sujet des stalactites.
Et surtout, je n’avais pas envie de pleurer, donc a priori, c’est un jour les grandes eaux pour évacuer, le lendemain (and co?) plus zen.

Marjijane, ton passage sur le « c’est bon, je ne suis pas manchotte ! Je peux faire moi-même » versus « bah alors, qu’est-ce qu’ils attendent pour m’aider, ils ne voient pas queje suis crevée? » m’a fait bien rigoler.

Bien vu aussi celui sur les oncologues qui préparent leur(s) stratégies au mieux pour sauver leurs patientes, c’est un aspect de la médecine que je ne parvenais plus à percevoir, là.

Je vous souhaite à toutes une bonne journée, je vais voir les phoques à Berck

Bises

Avatar du membre
Mamiette
Messages : 864
Enregistré le : dim. 8 juil. 2018 09:10

Re: Vlan dans ta face

Message par Mamiette » sam. 19 janv. 2019 11:26

Le soleil brille en Haute-Savoie....tu peux le vérifier sur la webcam de Morzine...d'ici que tu aperçoives ta puce sur les skis...
Bises ensoleillées
Mamiette
Gérer la maladie, c'est avant tout, gérer ses émotions.

Eglantine18
Messages : 111
Enregistré le : dim. 16 sept. 2018 23:17

Re: Vlan dans ta face

Message par Eglantine18 » sam. 19 janv. 2019 15:16

Coucou,

Je n'ai pas tout lu car j'ai une migraine faramineuse, mais j'ai parcouru en diagonale ... Les médecins se basent sur des statistiques ... Sauf que chacune d'entre nous est un cas unique ... alors les stat ... C'est comme le Français moyen : il n'existe pas ...

Tout ça pour dire que par rapport à ces stat, pour avoir vécu quelque chose de difficile pendant la grossesse de mes jumeaux (rupture prématurée des membranes à 4 mois de grossesse : autant dire que rien n'était gagné), les médecins m'ont dit d'emblée que j'allais faire une fausse couche tardive et perdre mes bébés. Et bien heure après heure, semaine après semaine, mois après mois, je suis restée sagement alitée à les encourager et à m'encourager aussi. Résultat, petit à petit, d'un discours noir, négatif, pessimiste, les médecins ont commencé à m'encourager aussi et à me féliciter pour ma ténacité. Mes petits sont nés très tôt mais viables. Aujourd'hui ils ont presque 9 ans et c'est une de mes plus belles victoires (leur grande soeur s'appelle Victoire !!!).

Tout ça pour dire - comme je me le répétais il y a 9 ans - "qu'au coeur de l'incertitude, il y a l'espoir, si infime soit-il !!!". Et vraiment, je pense qu'au fond de nous, on trouve des ressources qu'on n'imagine même pas. Donc voilà un petit message d'espoir et de soutien, certes différent du combat qui t'attend, mais qui j'espère va te donner plein de bonnes ondes.

Bises Eglantine

Répondre